Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 10:23

Pour apprendre à lire, il faut bien sûr savoir déchiffrer...

 

Mais ce n'est pas tout : il faut aussi que ce déchiffrage fasse sens...

 

Il faut qu'à un moment, les yeux s'éclairent et que les syllabes qu'on vient de prononcer successivement fassent un tout qu'on reconnaît comme un mot qu'on avait déjà entendu avant.

 

C'est bien ça la complexité avec des personnes atteintes d'autisme...

 

La compréhension orale étant déjà difficile, le déficit de communication étant ce qu'il est, et bien toute la difficulté de compréhension des premières lectures est vraiment accru ! Et continuer de déchiffrer sans arriver à la compréhension n'est pas motivant du tout !

 

Voilà une petite vidéo qui explique ce qu'est la lecture pour les neurotypiques... On se rend bien compte de tout ce qu'il y a de problématique en plus pour les personnes atteintes d'autisme (c'est un diaporama, le son n'est pas obligatoire) :

www.youtube.com/watch?v=dOWJgAYNvOg&feature=player_embedded

(Je suis désolée, je n'arrive pas à ce que ce lien soit valide... il va vous falloir le copier/coller pour vous en servir...)    

 

C'est bien l'entrée dans la lecture qui va être un problème... mais une fois les premiers mots découverts et les premières surprises, cela devient souvent beaucoup plus motivant si les écrits proposés ne sont pas rébarbatifs...

 

D'où l'intérêt énorme de ne pas se focaliser sur une méthode, et de bien adapter les premières leçons afin de garder la motivation : il suffit vraiment parfois de très peu de temps où il faut rivaliser d'idées pour capter l'attention...

 

Et puis une fois l'intérêt gagné, ça roule bien souvent tout seul ! Même si il faut souvent y aller lentement quand même, pour ne pas tout perdre en route : les efforts demandés sont importants, c'est lourd d'apprendre à lire ! Alors il faut quand même chercher des compensations en donnant des lectures intéressantes !

Repost 0
Published by bab0611 - dans Lecture - Ecriture
commenter cet article
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 18:55

 

 

Je pensais en avoir déjà parlé, mais j'ai cherché et je m'aperçois que non.

 

Je ne donne jamais rien à mes élèves pour les récompenser de leur travail : mais ils sont ados, et ils ont déjà appris beaucoup de choses ! Dont le fait de travailler pour autre chose que la récompense.

 

Je félicite d'une poignée de main ceux qui en ont besoin... parfois, juste une parole suffit.

 

 

Plus que le mot "félicitations !", ces jeunes perçoivent l'étincelle qui est au fond de nos yeux : ils progressent parce qu'ils "sentent" qu'on les admire d'être aussi courageux et de nous donner tout ce qu'ils nous donnent...

 

Ils ne communiquent pas comme nous et notre sourire ne représente pas grand chose pour eux... mais ils perçoivent des choses que nous ne savons même pas que nous envoyons : notre bonheur d'être avec eux et notre admiration pour eux.


Plus vous les voyez de façon positive, plus ils progresseront et vous épateront. Ceci n'est que mon point de vue.

Repost 0
Published by bab0611 - dans Divers.
commenter cet article
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 13:48

Inforautisme asbl

Siège social : 20, clos du Bergoje - 1160 Bruxelles


Le Lien n° 1 - Année 2011 - Mois d'avril


Communiqué de presse

2 avril 2011 : Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme


Dans la résolution des Nations Unies 62/139 de 2007 concernant la journée mondiale de l’autisme, l’Assemblée Générale :


« invite tous les États Membres, les organismes des Nations Unies et autres organisations internationales concernés et la société civile, y compris les organisations non gouvernementales et le secteur privé, à observer comme il se doit la Journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme, afin que le public connaisse mieux cette maladie ;


encourage les États Membres à prendre des mesures pour sensibiliser la société tout entière, y compris les familles, à la situation des enfants atteints d’autisme. »


A la veille de la journée mondiale de l’autisme, signalons qu’il n’y a pas (encore) de déclaration, ni d’action de sensibilisation de la part du monde politique en matière d’autisme.


En tant que représentants de familles belges concernées par l’autisme, nous alertons donc les média et la société civile et dénonçons l’état d’abandon dans lequel bon nombre de personnes avec autisme et leurs familles vivent dans notre pays. Dès le diagnostic d’autisme, commence en effet pour ces personnes un douloureux parcours du combattant, où les obstacles principaux sont l’ignorance, l’indifférence et l’exclusion.


Plus particulièrement en Communauté Française de Belgique, nous manquons cruellement de services d’intervention précoce et intensive, alors que des nombreuses méthodes éducatives (ex. : ABA) ont largement prouvé, partout dans le monde et même en France de manière expérimentale, leur efficacité en termes d’apprentissages et d’autonomie.


A l’âge scolaire, la carence en classes adaptées et en formation des enseignants exclut la plupart des enfants de tout progrès notable. Faute d’éducation à la communication, de nombreux jeunes développent des troubles du comportement graves et des sur-handicaps cognitifs. Ils cumulent ainsi les situations d’exclusion.


Le manque cruel de places et de services adaptés pour ces adultes devenus grandement dépendants laisse les familles seules face à la prise en charge de leur enfant et à la terrible angoisse de l’après-parents. Des nombreux adultes sont dès lors internés en hôpital psychiatrique, voire en prison, ce qui représente un énorme coût pour la société, aussi bien humain qu’économique.


Cet énorme gâchis pourrait être évité si l’Etat belge investissait dans le support aux familles et l’éducation de ces enfants. C’est pourquoi Inforautisme propose sans tarder la mise en place et en œuvre d’un « Plan Autisme » s’articulant à tous les niveaux de pouvoir de l’Etat.


En attendant, signalons que ce sont les associations de parents qui agissent et mettent en place des outils concrets destinés aux familles et aux accompagnants, pour que les personnes avec autisme deviennent des citoyens à part entière et non des citoyens entièrement à part !


Repost 0
Published by bab0611 - dans En général.
commenter cet article
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 19:08

Je reviens d'une semaine à Paris où j'ai eu la chance de participer à une formation très intéressante à l'IN-SHEA (il s'agit du MIN autisme, organisé par Mme Christine Philip).

 

Au mois de décembre, nous avions eu la chance de rencontrer Stéfany Bonnot - j'en ai déjà parlé - et cette fois, c'est Josef Schovanec qui est venu nous parler de l'autisme Asperger...

 

C'était gé-nial !!

 

Nous ne lui avons pas dit de peur de le gêner, mais mes collègues et moi l'avons trouvé fort séduisant !!

 

Il nous a expliqué plein de choses très intéressantes et très enrichissantes, en particulier une anecdote que je vais vous raconter à mon tour, car elle illustre très bien la façon décalée de ressentir les émotions qu'ont les personnes atteintes d'autisme.

 

L'intérêt du ressenti des émotions dans l'autisme, c'est un peu mon dada : c'était mon sujet de mémoire pour mon capa-sh, et ça reste toujours un domaine très important quand on travail avec un public avec TED.

 

Alors voilà :

Josef Schovanec était ce jour là sur un quai parisien en train d'attendre un RER. (Il se souvient très bien de la date, nous l'a dite, mais je ne suis pas aussi compétente que lui, et je ne m'en souviens pas... cela doit faire une dizaine d'années)

Une annonce a retenti quelques minutes avant l'arrivée du RER : le quai venait de changer, et il fallait emprunter les escaliers rapidement pour se diriger vers le bon quai.

Quelques parisiens pressés (pléonasme) ont alors décidé de traverser les voies pour aller plus vite.

Malheureusement, un RER est passé à ce moment là (il ne devait pas s'arrêter), et a fauché ces personnes...

Josef était aux premières loges, et a été témoin de cet accident dramatique...

Une femme, pas blessée mais témoin comme lui, s'était jetée par terre et pleurait, très choquée par la scène à laquelle elle venait d'assister.

Lui a regardé sa montre et s'est dit : "Zut, je vais être en retard".

 

Il n'est pas fier du tout en nous racontant cela, parce qu'il a appris que cette réaction est choquante pour nous... mais il a l'honneteté de nous le dire quand même, car il sait que nous comprenons que sa réaction n'est pas du tout dûe à un désintérêt des autres, ni à un quelconque égoïsme.

 

Tout le monde pourrait croire que sa façon de réagir prouve que les personnes atteintes d'autisme ne ressentent rien, ou ne perçoivent aucune émotion, aucun sentiment.

 

ET POURTANT, lisez la suite :

Il y a 10 ans, Josef Schovanec a donc continué sa route...

Mais il n'y a pas un jour depuis où il ne pense pas à la personne qui est morte sous ses yeux ce jour là (il y a finalement eu un mort, les autres étaient blessés).

Il s'est renseigné sur l'identité de ce monsieur, ainsi que sur sa biographie... Tout cela était important pour lui.

Croyez-vous que les autres témoins de ce drame en aient fait autant ???

 

Pour nous, réagir tout de suite en pleurant et criant est une réaction normale, nous sommes très choqués devant cet accident et nous réussissons à l'exprimer tout de suite... mais finalement, nous oublions vite et même si les personnes qui étaient sur le quai ce jour là n'ont certainement pas oublié, elles sont quand même vite passé à autre chose, et n'y pensent plus que rarement...

Alors que Josef, lui, n'a pas réagi ce jour-là...

Mais son émotion était très grande !!! Peut-être plus intense, peut-être moins, nous ne le savons pas et ce n'est pas une question d'intensité...

Son émotion ne s'est simplement pas exprimée de la même façon que celle des autres !!

 

Il a différé le choc dans le temps : il a dû se renseigner sur ce monsieur pour aller mieux, il a dû faire des recherches et ses pensées vont encore souvent vers lui...

Elle est comme ça, sa façon d'exprimer son choc.

Et si c'était de cette façon que s'exprime le plus souvent une émotion, ce serait la femme qui a pleuré qui serait en décalage, pas lui...

 

Qui sait quelle est la façon "normale" de réagir ???

 

Cela ne parait pas forcément plus normal de faire couler de l'eau sur ses joues, plutôt que de se renseigner sur la vie de celui qui vient de mourir sous nos yeux...

 

Repost 0
Published by bab0611 - dans En général.
commenter cet article
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 18:00

Ce livre de Birger Sellin est bouleversant.

Il a été traduit en français par le titre "Une âme prisonnière".

 

Temple Grandin, Donna Williams, Daniel Tammet sont très souvent cités quand on essaie de comprendre le fonctionnement autistique... mais je n'ai entendu parler de Birger Sellin que récemment (il y a quelques mois).

Je viens juste d'emprunter son livre au Centre Ressources Autisme... Depuis 3 ans, il n'a été emprunté que 3 fois...

 

Et pourtant ce livre est magnifique !

 

Le témoignage de Birger Sellin est bien plus proche de ce que vivent mes élèves que ceux de tous les autres auteurs atteints d'autisme que j'avais lus jusqu'à présent !

Je conseille cette lecture à tous ceux qui passent par ici !!! Plus d'infos ici.

 

birger-sellin1.jpgbirger-sellin2.jpg

 

L'auteur est atteint d'autisme, mutique, et envahi de stéréotypie... il est diagnostiqué déficient profond...

A 18 ans, on le met devant un ordinateur en lui tenant le coude et il se met à écrire : en fait il sait lire depuis l'âge de 5 ans alors que personne ne lui a appris.

 

De ses stéréotypies, il écrit :

"lorsque j'étais encore plus petit les stéréotypies pouvaient soulager un peu

ces mécanismes ne fonctionnent malheureusement plus c'est pour cela que je hurle autant ces derniers temps je ne peux pas vivre paisiblement et tranquillement avec cette angoisse je dois hurler les mortifications par l'angoisse prennent le dessus et m'étouffent moi sans-moi suis esclave de la puissance-miracle-d'angoisse"

 

De son instit :

"elle m'explique tout ce que je sais depuis belle lurette elle m'expliquait que la pomme de terre est un fruit de la terre ce que chaque imbécile sait"

 

 

Quelques passages pour vous donner envie :

 

"je désire quelque chose que je ne peux tout simplement pas savoir aucun être de ce monde j'explose d'agitation et d'impatience j'aimerais tant me sortir de ma vie isolée des comportements décadents derrière lesquels je me blinde je ne vis que la frustration de jour en jour sans espoir pour notre vie qu'elle puisse être simplement enlevée ou gommée de cet isolement sans issue je ne peux pas faire un soi-disant petit problème des disons faits d'isolement pesant des tonnes le fait est que techniquement ce n'est pas faisable doit rester presque sans résultat"

 

 

"l'angoisse me prend comme ça d'abord j'ai une sensation bizarre du côté de l'estomac ensuite cette angoisse rusée s'érige comme une bête sournoise contre tout le corps"

sur quoi il hurle car "un pauvre soi-disant birger ne connaît pas d'autres moyens pour arracher l'angoisse de son âme"

 

 

"l'angoisse dont je souffre le plus est celle de savoir comment je peux survivre une journée je consolide les heures glacées de la journée en établissant un prétendu important questionnaire en acier un système facile comme bonjour émanant ainsi de l'angoisse"

 

 

"je ne veux pas faire de calculs parce que je suis trop grand grand et intelligent et handicapé

je suis un triste cas"

 

 

"je pense qu'une véritable peur comme aujourd'hui je l'ai sans raison subitement cette angoisse est là et sans raison intérieure elle a disparu de nouveau"

 

 

"le fait est que je ne peux jamais parler

car je suis trop mauvais dans la réalité intérieure et c'est un fait je ne peux pas l'apprendre parce que je ne dirai tout simplement que des choses insensées je le sais les autres autistes aussi ils agacent les autres avec des répétitions permanentes et des phrases stupides

je ne pourrais parler comme j'écris seulement si l'autisme avait disparu et il n'y a pas de moyen parce qu'il n'y a aucun remède

il s'agit d'un dérèglement tel qu'il ne fut jamais décrit

c'est la coupure de l'homme des premières expériences simples comme des expériences essentielles et importantes par exemple pleurer

pleurer simplement sans inventer auparavant l'irritation et rire comme rient les enfants"

 

 

"un exemple pour montrer comment ils m'agacent est qu'ils papotent carrément en ma présence comme si je n'existais pas"

 

 

"je me sens le plus en sécurité le soir parce que tout est paisible j'ai besoin de la paix pour être heureux en moi jamais jene travaille mieux que le soir

les choses que je n'ose pas faire dans la journée me semblent faciles le soir"

 

 

"pour des raisons extraordinaires je suis en train d'élaborer un concept à savoir comment un être totalement sans-soi peut être transformé implacablement en un être comme les autres"

Repost 0
Published by bab0611 - dans En général.
commenter cet article
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 20:41

Dans le magazine "Pour la Science" n°402 (Avril 2011), il y a un article très chouette intitulé :

 

Autisme     ATTENTION aux charlatans

 

Tout l'article est très intéressant (en plus, il y a un encart signé Laurent Mottron).

En voici quelques points forts :

 

"Le nombre d'enfants diagnostiqués autistes est en constante augmentation. Or aucun médicament efficace n'existe et seules les thérapies comportementales auraient un effet *. Les parents se tournent vers des traitements douteux, souvent risqués."

 

...

 

"L'ESSENTIEL :

 

Trois quarts des enfants autistes reçoivent des traitements douteux, non validés scientifiquement.

 

Même les médecins prescrivent des thérapies aux effets secondaires parfois graves et dont l'innocuité ou l'efficacité n'ont jamais été testées dans le cadre de l'autisme.

 

Seules les thérapies comportementales* amélioreraient les performances sociales et langagières des enfants, mais ces bénéfices sont minimes et mal démontrés.

 

Toutefois, le financement de la recherche augmente. On découvre des gènes impliqués et on espère comprendre les causes de l'autisme, pour trouver des médicaments."

 

 

* même si mon travail est plutôt inspiré de la méthode comportementaliste (en tant qu'instit, c'est normal), je ne suis pas totalement d'accord avec ça... en tous les cas, c'est loin d'être prouvé...

 

Repost 0
Published by bab0611 - dans Divers.
commenter cet article
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 19:31

"Troubles du spectre autistique et troubles d’apprentissage : identification précoce et accompagnement de l’enfance à l’âge adulte".


Ce congrès se déroulera le samedi 4 juin 2011 à l’Institut de Psychologie de l’Université Paris Descartes. 


Il est organisé par le Laboratoire de Psychopathologie et Processus de Santé et la Licence Professionnelle "accompagnement de personnes avec autisme et troubles apparentés".

 

Vous pouvez télécharger l’affiche et le programme du congrès ici


Tarif : 40 euros 
Tarif étudiant : 20 euros (joindre une photocopie du certificat de scolarité)

 

Pour toutes demandes d’information, vous pouvez voir à cette adresse.

Repost 0
Published by bab0611 - dans Divers.
commenter cet article
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 09:54

Leur avenir, c'est ce à quoi on doit penser dès qu'ils arrivent dans le groupe.

 

Tout notre accompagnement doit viser des objectifs précis : toutes les activités que font les élèves, que ce soit à l'atelier ou en classe, doivent leur servir pour leur avenir.

 

C'est incontournable.

 

Nos élèves ont beaucoup de difficultés à progresser et quand ils le font, il ne faut pas que ce soit vain : il faut qu'ils voient que le mal qu'ils se donnent leur est bénéfique, qu'ils en tirent quelque chose et que cela leur servira tout le reste de leur vie.

 

Le livret de compétences imagé (dont j'ai parlé ici) est un outil intéressant pour qu'ils se rendent compte de leur évolution. Sans repères visuels, nos élèves ont tendance à penser qu'ils ont toujours su faire ce qu'ils savent faire...

 

 

Mais le plus important est de les préparer à leur sortie de l'établissement à partir de 18 ou 19 ans...

 

En effet, dans la section TED de mon établissement, il n'y a pas d'amendement Creton, ce qui veut dire qu'à 20 ans, leurs parents doivent leur trouver autre chose... ils seront rayés de nos listes...

 

Je sais que ces mots peuvent être assez cruels : "leurs parents doivent..." leurs parents doivent toujours tellement de choses !!!

Mais c'est malheureusement la réalité.

Nous pouvons les aiguiller et leur donner notre avis, nous les informons sur les structures pour adultes que nous connaissons dans notre coin...

Mais c'est tout ce que nous pouvons faire et pire : tout cela n'est pas considéré comme une de nos missions...

 

Les parents se sentent vraiment seuls face à ce problème énorme : manque de place dans les structures, mais surtout manque de structures adaptées !!!

 

 

Voilà concrètement ce qu'est l'avenir des jeunes qui sont sortis de la section depuis 4 ans que j'y travaille :

 

  • V. est sorti de la section dès la fin de ma première année sur ce poste : il avait 20 ans.

Il n'y avait de place pour lui nulle part... la section venait juste d'ouvrir, et nous n'avons pas eu le temps de prévenir ses parents qu'il fallait chercher et l'inscrire sur des listes d'attente dès ses 18 ans...

Il s'est donc retrouvé chez lui du jour au lendemain... pendant un an...

Puis il a pu avoir une place à mi-temps dans un foyer occupationnel : il y allait donc 2 jours par semaine depuis...

 

 

  • L'année suivante, c'était au tour de H., 20 ans lui aussi.

H. est hyper actif : il a toujours besoin de s'occuper... quand il est sorti de l'établissement, sa maman était fort malade...

Comme V. il a pu être accepté à mi-temps dans le même foyer occupationnel... mais l'équipe de ce foyer a beaucoup de mal avec lui : ce n'est pas un foyer pour adultes autistes, mais pour personnes déficientes.

Le personnel n'est donc pas formé à l'autisme...

Au niveau matériel : très peu d'aides visuelles ou de structuration...

Et des équipes qui tournent sans arrêt sans réel référent pour chaque personne... 

L'adaptation est particulièrement compliquée pour les jeunes qui sortent de notre petit cocon (même si nous faisons de notre mieux pour les préparer à la sortie...)

 

 

  • Cette année, 4 élèves de notre groupe ont 20 ans ! Il s'agit de F., G., L. et N.

Nous avons justement la chance inouie que des "maisons d'autonomie" ouvrent au mois de juin !

Cette ouverture veut dire "places libres"... ces mots comme cela au pluriel, c'est vraiment quelque chose dont on doit profiter, car ça ne se reproduira pas de si tôt !!

A l'initiative de l'association opale autisme 62, un foyer occupationnel pour adultes autistes a construit une nouvelle aile qui permettra d'accueillir 12 adultes atteints d'autisme.

Pour être accepté dans ce nouveau bâtiment, il faut avoir un minimum d'autonomie, ce qui n'est pas le cas de G. et L.

En collaboration avec les parents de F. et N., nous avons donc rempli des dossiers pour répondre aux attentes de ce nouvel établissement.

 

Les parents, de leur côté, ont dû s'adresser à la MDPH (Maison Départementale du Handicap) afin d'orienter leurs enfants là bas et d'obtenir leur notification.

N. et F. n'ont pas encore 20 ans (en mai pour N. et en décembre pour F.), mais ils sont déjà notifiés par la MDPH : ils sont acceptés tous les 2 dans ces maisons d'autonomie !

C'est une chance, c'est sûr, mais cela ne va pas être facile : ces maisons ont, bien entendu, un régime "internat"...

Cela va faire un changement énorme pour nos 2 élèves qui jusqu'ici rentraient chez eux tous les soirs...

Nous essayons vraiment de les préparer à ce cataclysme qui va leur tomber dessus d'ici quelques mois... mais pour eux qui ont une résistance importante au moindre petit changement... cela risque d'être vraiment compliqué !!!

 

Nos 2 anciens élèves V. et H. ont aussi obtenu une place dans ces maisons d'autonomie : ce qui devrait permettre à L. et G. d'obtenir la leur au foyer occupationnel que les premiers quittent.

 

Bien sûr, on aurait pu espérer que L. et G. bénéficieraient d'une place dans uns structure adaptée à leur autisme...

Ce n'est pas parce qu'ils sont adultes qu'ils ne peuvent plus évoluer... et j'aurais aimé qu'ils puissent continuer d'être stimulés comme nous le faisons...

Mais leurs progrès depuis quelques années sont vraiment faibles..

Il faut bien avouer qu'ils stagnent et que tout ce que nous faisons ne leur permet que de conserver leurs acquis...

J'espère juste qu'ils seront heureux dans ce nouvel environnement, et surtout qu'ils ne régresseront pas trop...

 

Je passerai bien sûr les voir quelques semaines après leur admission (que ce soit au foyer occupationnel ou aux maisons d'autonomie)... Je vous dirai ce qu'il en est !

 

 

 

J'espère que cet article vous montrera à quel point il faut s'y prendre tôt pour orienter ces jeunes, car les places sont chères !

Et puis les parents ne peuvent bien souvent compter que sur eux-mêmes...

 

Alors bon courage à eux... et surtout aux jeunes qui doivent passer le grand cap !

 

 

Repost 0
Published by bab0611 - dans En général.
commenter cet article
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 08:36

Ce n'est pas une blague !

 

Bruno Gepner est venu "conférencer" à Lens vendredi. Il nous a parlé de sa théorie.

 

Pour faire court, son hypothèse est que tout va trop vite dans ce monde pour les personnes atteintes d'autisme.

Il pense qu'en ralentissant tout (gestes et langage), on se fait beaucoup mieux comprendre d'elles.

Il a donc conçu, avec son équipe de la région PACA, un logiciel qui ralentit tout de 2 à 2,5 fois.

Tout n'est pas encore finalisé, mais ils ont l'intention d'observer un groupe d'enfants avec autisme pour qui toutes les activités* de la journée seront ainsi "ralenties". Ils compareront alors les résultats obtenus avec un autre groupe d'enfants autistes qui auront fait les mêmes activités, mais à vitesse normale.

 

Leur objectif est de montrer que c'est la rapidité de notre monde qui handicape le plus les personnes avec autisme.

 

 

Nous avons aussi eu la chance de voir l'excellent Eric Willaye du SUSA... Son intervention décalée m'a beaucoup plu !

 

 

 

* = j'ai fait une erreur ici : lire le commentaire de B. Gepner pour rectifier.

Repost 0
Published by bab0611 - dans En général.
commenter cet article
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 14:40

Voici un reportage américain absolument bluffant sur une jeune fille autiste nommée Carly :

suivre ici.

 

Je ne comprends absolument rien en anglais, mais j'ai quand même suivi... et cette histoire est incroyable !

Merci à Yolande de m'avoir envoyé ce lien !

 

 

Tous ces reportages qui "prônent" la méthode comportementaliste gênent souvent les défenseurs de Freud...

En même temps tous ces témoignages prouvent que l'éducation est importante et qu'elle fait partie intégrante des soins.

 

Le virage brutal qu'est en train de faire le France dans le domaine de l'autisme ne peut pas être néfaste... même s'il ne faut pas passer d'une extrême à l'autre !

 

Quand j'entends les psychanalistes se plaindre qu'il ne faut pas balayer tout ce qui a été entrepris ces dernières années, je rigole !

Je pense que s'ils n'avaient pas fonctionné avec des oeillères comme ils l'ont fait pendant des années, ils n'en seraient pas là maintenant : ils ne voulaient pas s'ouvrir... et maintenant que le vent tourne, ils demandent à tout le monde d'être ouvert et de ne pas foncer tête baissée vers le 'tout - comportementaliste' !

 

Ils méritent bien tous les reproches qui leur sont faits... mais ce n'est pas pour autant qu'ils n'ont pas un tout petit peu raison...

 

Je pense vraiment que cette guerre est ridicule et qu'il y a du bon à prendre dans toutes les méthodes.

 

Quel gâchis ces petites guéguerres : " - c'est moi qui ai raison", " - non c'est moi"...

 

Travaillons ensemble, parents, médecins, paramédicaux, enseignants, AVS, amis, sympatisants, etc... et écoutons nous les uns les autres plutôt que de parler plus fort que les autres pour se faire entendre !!

 

Repost 0
Published by bab0611 - dans En général.
commenter cet article

Me Contacter

  • : Ma classe d'ados autistes.
  • Ma classe d'ados autistes.
  • : Sur ce blog, je vais essayer de poster les travaux que je fabrique pour mes élèves particuliers (ils sont ados et atteints d'autisme - leur niveau ne correspondant pas à leur âge, les supports sont particuliers)
  • Contact

Articles Par "catégories" :