Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Voici un exemple de séquence, qu'il faut bien sûr adapter en fonction de chacun.

Objectifs :

 1°) Apprendre à reconnaître les émotions des autres (sur les visages).

 2°) Savoir quand on éprouve quelle émotion.

 3°) Savoir exprimer ses émotions.

 

Ce que je constate :

L’élève a des difficultés majeures à reconnaître, interpréter et reproduire des expressions émotionnelles et donc, plus généralement, à partager des états émotionnels de façon ajustée et adéquate avec les autres. Cela entraîne des maladresses importantes dans sa façon de communiquer : il est rejeté et en souffre.

(cela ne veut absolument pas dire qu'il ne ressent pas d'émotion : voir Le témoignage de Josef Schovanec)

 

Je peux penser que :

Une séquence de travail spécifique sur les émotions aidera cet élève à avoir des comportements plus adaptés : ses relations sociales et sa façon de communiquer avec les autres progresseront grâce au contrôle de ses émotions.

 Ce travail peut paraître inutile, mais les élèves avec autisme ont des besoins spécifiques en ce qui concerne les habiletés sociales (voir Les émotions. ).

 

Ce que je peux faire :


      1°) Travail sur les visages : reconnaître les émotions exprimées.

Il faut prendre en compte tout de suite que cette séquence à elle seule peut être longue et complexe (à adapter en fonction de chaque élève). Voici un exemple de ce qu’il est possible de faire :

 

Séance 1 :     Commencer par évaluer les connaissances de l’élève en ce qui concerne la reconnaissance des émotions simples telles que joie, tristesse, colère et peur grâce à quatre photos (uniquement un visage, toujours le même, sur un fond blanc – la seule chose qui doit changer est l’émotion exprimée).

Je suis désolée de ne pas pouvoir vous fournir les photos que j'ai utilisées : l'association théâtrale qui a eu la gentillesse de poser pour moi ne m'a pas donné l'autorisation des les poster sur internet. 

Cette phase diagnostique peut être enrichie si vous vous prêtez au jeu en réalisant ces quatre photos de vous-même (ce n'est pas facile, je vous préviens ! il faut un photographe patient !) : en plus du visage d'un inconnu, vous évaluerez ainsi si votre élève reconnaît vos propres expressions.

prep séance1

 Les 4 smiley utilisés dasn cette fiche (ainsi que beaucoup d'idées de cette séquence) proviennent d'une mallette intitulée : 

Le socio guide - Programme d'entraînement aux habiletés sociales adapté pour une clientèle présentant un TED (Hôpital Rivière des prairies)

S. Bernier, psychologue - M. Lamy, ergothérapeute - L. Mottron, Psychiâtre chercheur, 2003. 

 

Séance 2 :    Travailler sur le repérage en triant ensemble une série de photos dans quatre colonnes :

prep-seance2.jpg

Voici le tableau de tri :

tableau de tri

En fin de séance, on peut conclure sur les caractéristiques des visages qui expriment ces quatre émotions (et réaliser un référent imagé si besoin) :

 

bouche droite ou à l’envers, yeux qui tombent et pleurent parfois → tristesse

sourire sur la bouche (expliquer comment reconnaître un sourire) → joie

bouche serrée, traits autour des yeux (sourcils froncés) → colère

bouche et yeux grands ouverts, sourcils relevés → peur

Voici un tableau explicatif (grandement inspiré de la mallette "Le socio-guide" dont j'ai déjà parlé) :

tableau---indices-emotion.jpg


 

Séance 3 :      Afin de vérifier si les caractéristiques travaillées sont retenues, on peut réaliser un tri de dessins en autonomie (en utilisant des dessins, on vérifie plus facilement quelle caractéristique de quelle émotion est mal connue – exemple si les visages souriants ne sont pas tous dans la colonne joie, revoir ce point).

prep-seance3.jpg

Voici quelques dessins utilisables :

images-a-trier.jpg

Si ce tri n’est pas convainquant, il faut reprendre la séance 2 en corrigeant les erreurs avec l’élève :

prep-seance2-revue.jpg

puis lui faire réaliser un autre tri (avec d’autres images) :

images-a-trier2.jpg

Tant que cette étape n’est pas un succès, la suite n’est pas envisageable.

 

Séance 4:       Pour l’évaluation finale, un tri de photos est une bonne solution, car sur une photo, toutes les caractéristiques habituelles ne sont pas forcément réunies (on n’ouvre pas toujours la bouche en grand quand on a peur !). Cela permet de vérifier si l’élève a vraiment besoin que toutes les caractéristiques soient réunies.

 prep-seance4.jpg

2°) Travail sur des situations : quand ressent-on ces émotions ?

 

On peut commencer par utiliser un album tel que J’aime, j’ai peur, j’ai envie ! Les petits mots des sentiments de V. Aladjidi et L. Kling qui passe en revue quatorze émotions grâce à quatorze saynètes imagées suivies de quelques questions et explications. (Dans le cas de l’élève pris en exemple en 1°, n’utiliser que les quatre pages correspondant aux quatre émotions vues). L’intérêt de cet album et que les histoires sont imagées, donc mieux comprises par les élèves avec autisme.

 prep-seance5.jpg

On peut aussi inventer quelques situations très courtes de la vie quotidienne avec indices d’émotions. Dans chacune d’elles, le héros ressent une des quatre émotions travaillées et explique comment son corps réagit. Après lecture par l’enseignant, l’élève doit trouver quelle émotion ressent le personnage (soit en montrant un smiley déjà connu, soit à l’oral s’il en est capable).

petites-histoires-avec-indices-emotionnels.jpg

Il est aussi possible de s’appuyer sur des images pour des niveaux plus faibles : l’exercice peut être de coller le smiley qui correspond à l’émotion ressentie par le personnage sur une série d’images.

prep-seance6.jpg 

 

Et voici la feuille d'exercice :

 exo-images-smiley.jpg 

Quand d’autres élèves en sont capables, le mieux est encore de passer par le théâtre, avec de petits scénarios très courts joués par ses camarades (on peut prendre exemple sur les petites "histoires avec indices d'émotions" proposées juste au dessus) : à lui de trouver quelles émotions ils jouent !

 

      Pas mal d'autres images pour travailler sur ce sujet existent dans les livres "L'esprit des autres" de Marc Monfort & Isabelle Monfort Juarez. Surtout dans le tome 1.

 

3°) Savoir exprimer ses émotions.

Après les séances précédentes, l’élève s’est familiarisé avec les émotions, il doit maintenant pouvoir lui aussi essayer de les exprimer comme il l’a appris.

Un premier travail peut être de lui demander de poser afin de réaliser les quatre photos utilisées en 1° avec son visage comme modèle : il doit imiter les quatre smiley utilisés.

Pour finir, s’il en est capable, à lui de se mettre en scène et de jouer les petites saynètes que ses camarades lui ont montrées en 2° (ou les petites situations de la vie quotidienne lues par l’enseignant juste avant).

 

 

Variantes, progressions envisagées et transfert des compétences :


 

·       généraliser au maximum toutes les caractéristiques apprises (par exemple : dans la cour, de loin, lui montrer ses camarades et lui demander ce qu’ils ressentent – quand ils rient ensemble, quand ils se disputent…)

·        lors des séances scolaires orales (telles que compréhension d’albums ou raconter son week-end), insister pour que l’élève donne des indications émotionnelles : « Que ressent le héros à ce moment-là ? », « Est-ce que tu étais content de voir ta tata ? »

·        on peut continuer en cherchant des références musicales : travailler sur les musiques et ce qu’elles évoquent peut être très riche (utiliser des musiques de films à suspense, des musiques très gaies ou vraiment sombres).

·        la fabrication d’un scénario social peut être envisageable également par la suite, mais ce travail est assez délicat (une formation paraît nécessaire). J'en ai réalisé un pour l'un de mes élèves, mais je ne peux pas le poster car chaque scénario social est particulier et spécifique à un élève : il ne peut être repris comme tel. Me contacter pour plus de détails si vous êtes intéressés.

 

 

Fabrication d'une échelle d'émotions :

Pour l'un de mes élèves, il m'a fallu construire une échelle d'émotions parce qu'il commençait vraiment à ne plus savoir gérer ses conflits internes... Il lui fallait pouvoir visualiser son état émotionnel.

Il devenait violent chez lui parce qu'il ne réussissait pas à se rendre compte qu'avant d'être très en colère, il passait par des phases identifiables où il était encore possible de trouver des solutions.

En lui montrant les signes avant coureur d'un état émotionnel maximum où il est trop tard pour agir, il a ensuite été possible d'agir avant l'extrême pour qu'il se contienne et pense à des choses positives avant qu'il soit dans une colère violente ou dans un énervement incontrôlable.

 

P1270347.JPG

 

L'élève déplace la flêche "Je suis ici" en face de la case ressentie. S'il arrive en case orange ou vert clair, il a déjà des comportements à mettre en place pour que la flêche puisse se recentrer :

 

exemples : 

  • prendre une grosse inspiration et souffler fort 3 fois.

 

  • penser à mon amie.

 

  • sortir dans le jardin et respirer un bon coup.

 

  • prendre un bain.

 

  • penser à ce que j'aime.

 

  • dessiner... et...

 

Ces exemples sont à trouver en fonction de chacun : il faut s'adapter à chaque élève. Pour certains, il faudra trouver à imager chaque exemple (pour les non -lecteurs, mais aussi si l'émotion ressentie à ce moment les empêche de faire l'effort de lire : il lui faudra alors une fiche imagée qui l'aide à se calmer).

 

 

 

 

 

A voir aussi : le jeu des paires sur les émotions →  Apprendre à construire des phrases correctes.

 

Pour "critiquer" cette page, rendez vous sur cet article  Parlons-en : la page "Des outils pour travailler sur les émotions"

Partager cette page

Repost 0
Published by

Me Contacter

  • : Ma classe d'ados autistes.
  • Ma classe d'ados autistes.
  • : Sur ce blog, je vais essayer de poster les travaux que je fabrique pour mes élèves particuliers (ils sont ados et atteints d'autisme - leur niveau ne correspondant pas à leur âge, les supports sont particuliers)
  • Contact

Articles Par "catégories" :