Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Avec le cahier de vie de la classe, je m'attaque à un point faible de tous les élèves que j'aurai : la communication.

 

Cela fait partie de la "triade" décrite par Lorna Wing et c'est incontournable : toute personne diagnostiquée autiste a, par définition, des problèmes de communication.

 

Forcément, ces difficultés de communiquer ne se manifestent pas toutes de la même façon, ce serait trop simple...

 

Mais travailler la communication, c'est juste indispensable avec chacun, même si le mode opératoire dépendra des difficultés individuelles de chaque élève.

 

Le cahier de vie de la classe me permet de motiver chaque élève à communiquer, et pour la plupart des élèves avec autisme, la motivation est déjà un problème, même si elle n'est pas toujours complètement absente...

 

Voilà comment je présente le cahier de vie aux familles, en début d'année :

 

 

L’expérience du cahier de vie de l’an dernier ayant été une réussite, nous remettons cela cette année : j’en profite pour remercier chaque famille pour sa contribution !

 C’est un outil qui nous a permis de communiquer, les jeunes l’ont adopté : il rend les séances scolaires et les temps de parole très concrets... il est devenu indispensable à la vie de la classe !

 Comme l’an dernier, ce cahier ira dans les familles à tour de rôle le week-end. (Pas forcément chaque week-end : question d’organisation et de temps !) Quand ce sera son tour, votre enfant l’aura dans son sac le jeudi soir, et devra le ramener le mardi matin suivant au plus tard.

 Si vous le souhaitez, vous pourrez continuer d’expliquer ou photographier ce que vous avez fait durant le week-end. Mais ce n’est toujours pas une obligation !

 Prenez néanmoins le temps de regarder tout cela avec votre enfant, cela lui permettra d’évoquer sa semaine avec vous.

 Merci d’avance,

 

Chaque jour de classe, je prends des photos à tout moment... chaque soir, je trie : je fais un best of des photos les plus marquantes ou représentatives de la journée.

 

Voilà ce que ça donne (j'ai flouté prénoms & visages) :

cahier-vie1-blog-.jpg

Ce cahier permet également aux familles de se rendre compte de tout le travail qui est fait en classe, mais qui n'apparait pas forcément dans le cahier d'exercices puisque nous manipulons beaucoup.

 

La plupart du temps, je colle les photos moi même avant les séances orales. Les élèves me dictent alors une phrase qui sera écrite dans le cahier avec son auteur.

ex : Michel : " C'est L. qui travaille sur le cahier de vie. "

J'accepte ou non les phrases produites selon le niveau de chacun. Et la progression des productions est flagrante !

 

Au début, la plupart de mes élèves ne faisaient que lister les prénoms des jeunes sur chaque photo.

 

Ils sont maintenant tous capables de produire des phrases courtes (du moins ceux qui sont verbaux), même s'ils ont tendance à toujours utiliser le même verbe ("travailler" en l'occurence).

 

J'essaie de diversifier au maximum leurs productions.

 

F. a même appris à se servir de la tournure "pendant que" quand 2 élèves font 2 activités différentes... le problème est qu'il voudrait maintenant utiliser ces termes n'importe comment et à "toutes les sauces" et qu'il se précipite pour les placer (les mettant parfois en début de phrase, ce qui n'a aucun sens).

 

Petit à petit, leurs phrases s'améliorent : le nombre de verbes employés augemente. Il n'est plus rare maintenant qu'ils disent "X. écrit." ou "Y regarde..." : pour moi, c'est déjà encourageant !

 

Cela nous permet aussi de s'attarder sur autre chose que les activités scolaires.

 

On travaille par exemple (encore !) sur les émotions : quand un de leur camarade sourit sur une photo, il m'arrive de leur demander "Comment se sent-il ?" plutôt que "Que fait-il ?".

La réponse va de "sourire" à "Il est content"... etc...

 

Parfois, je pousse jusqu'à "Pourquoi il sourit ?" et on construit : "Il sourit parce qu'il aime écrire" par exemple.

 

 

 

G. est non verbal, mais il se sert de son PECS pour décrire les photos.

Je ne m'attribue pas du tout le fait qu'il sache se servir de cet outil : c'est sa maman, qui est est formidable, qui a tout construit et c'est grâce à elle que G. peut maintenant être aussi bavard qu'il le souhaite ! Quel bonheur pour lui de nous expliquer ses vacances ou de raconter à sa mère ce qu'il s'est passé dans sa journée !

 

Cette année étant sa dernière année scolaire, le principal objectif scolaire que je me suis fixée avec lui est qu'il fasse des phrases correctes avec son PECS... car il a tendance à ne sortir que les mots clé, et ce n'est pas toujours compréhensible...

Ex : "assis", "maman", "j'ai mangé"

Avec aide, la phrase a fini ainsi :

 P1270361.JPG

 

G. ne sait pas lire. Il reconnait toutes les étiquettes-mot de son PECS à force de les utiliser. Il les "photographie", mais ne sait pas les lire (si on en change la police, par exemple, il ne les reconnait plus).

 

 

 

Tout ce travail est aussi réalisable uniquement à partir de photos individuelles, qu'elles soient imprimées ou juste montrées sur l'ordinateur.

 

Le fait qu'elles soient collées sur notre cahier de vie a cependant plusieurs avantages :

 

  • d'abord, les élèves "s'attachent" énormément à ce cahier : ils l'adorent ! Quand vient leur tour de l'emmener chez eux, ils rayonnent ! Il faut dire que toutes les familles jouent le jeu, et c'est vraiment une chance !

 

  • et puis cela nous permet de "visualiser" notre travail, et cela chronologiquement. C'est très important pour eux car le repérage dans le temps pose encore problème à certains d'entre eux.

 

Nous travaillons donc aussi la chronologie des événements grâce à cet outil. Il m'arrive d'arriver avec les photos qui ne sont pas encore collées. Et notre séance orale devient de les mettre dans l'ordre.

 

De plus en plus souvent maintenant, je fais aussi recopier aux élèves leurs phrases.

Ils me la dictent. Je l'écris. Et ils la recopient sur l'ordinateur (voir  L'outil informatique )

 

Voilà ce que cela donne dans notre cahier :

123

 

 

Une autre solution envisageable aurait été de faire un cahier de vie par élève.

 

Pour ne pas que cela soit trop lourd à mettre en place, il aurait alors fallu ne photographier que les moments importants de la vie du groupe (anniversaires, sorties, activités spéciales...).

C'est ce que l'on voit dans la plupart des classes de maternelle qui fonctionnent avec un cahier comme celui-ci.

Mais c'est parce que l'effectif est trop important pour que ce cahier n'aille dans les familles qu'à tour de rôle chaque week end !

Alors que dans une classe comme la mienne où il n'y a que 6 élèves, chacun peut avoir avoir le cahier toutes les 6 semaines, ce qui est convenable comme délai.

 

Et puis le travail du langage oral est tellement prioritaire dans ma classe que le fait de photographier chaque activité chaque jour comme on le fait est vraiment très riche pour tous ! Cela nous permet vraiment un temps de parole quotidien et motivant.

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Me Contacter

  • : Ma classe d'ados autistes.
  • Ma classe d'ados autistes.
  • : Sur ce blog, je vais essayer de poster les travaux que je fabrique pour mes élèves particuliers (ils sont ados et atteints d'autisme - leur niveau ne correspondant pas à leur âge, les supports sont particuliers)
  • Contact

Articles Par "catégories" :