Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 22:37

Superbe, comme d'habitude !!!!

 

 

 

Le voilà :

 

INTERVIEW - Diplômé de Sciences Po et philosophe, cet «Asperger» de renom dénonce une véritable mise à l'écart en France.

> > Philosophe, globe-trotteur et autiste Asperger, Josef Schovanec reprend dans Voyages en Autistan (Éditions Plon, parution le 31 mars) ses savoureuses chroniques sur Europe 1.

> > LE FIGARO. - Comment expliquer le retard français de l'intégration des enfants autistes à l'école?

> > Josef SCHOVANEC. - Officiellement, 20 % des enfants autistes vont à l'école, mais certains n'y passent pas plus d'une heure par semaine. C'est une plaisanterie! À la fin de l'école primaire, on peut les compter sur les doigts de la main par académie. Un enfant qui n'est pas scolarisé ne trouvera pas de travail ni même de fonction dans la société. Trop souvent, les enfants autistes se retrouvent dans des hôpitaux psychiatriques qui ressemblent plus à des prisons qu'à autre chose. J'en ai visité plusieurs et j'ai eu des visions d'horreur. Cela se passe en France, aujourd'hui, et cela coûte des fortunes. Environ 100.000 euros annuels par personne pour les tenir enfermés, alors qu'ils pourraient avoir une place dans la société et que cela coûterait moins cher. Mais le ministère de l'Éducation nationale est aux abonnés absents. Dans les universités françaises, c'est à pleurer. Pourtant, aux États-Unis, au Canada, les universités se battent pour avoir des étudiants autistes. Non pas par humanisme béat mais par calcul. Elles misent sur des chercheurs qui auront une production passionnante dans quelques années.

> > Diplômé de Sciences Po, docteur en philosophie: vous êtes un contre-exemple…

> > Je suis entré à Sciences Po, car ma sœur m'y a inscrit. J'étais mineur et j'ai été dispensé de concours après avoir eu mon bac avec mention très bien. Ce fut une expérience anthropologique. J'ai observé les façons de se comporter, les petites… et les grandes vacheries. L'avantage de Sciences Po, c'est qu'une fois que vous êtes admis, c'est très dur d'être renvoyé. Après, j'ai suivi des cours de langues dans plus de douze pays. J'ai eu beaucoup de chance. À cette roulette russe, je suis le survivant.

> > Vos diplômes vous ont-ils servi?

> > Sur le plan professionnel, cela ne m'a strictement servi à rien. Je crois que j'ai battu le record de la non-insertion des diplômés de Sciences Po! J'ai raté tous mes entretiens d'embauche. Sans exception. Si vous êtes autiste en France, vous avez beau avoir tous les diplômes du monde, vous serez toujours éliminé lors d'une procédure de recrutement habituel. Quel gâchis! Pourquoi les entreprises refusent d'embaucher des gens extrêmement gentils qui arrivent à apprendre l'islandais en une semaine? En Israël, les boîtes de high-tech se ruent sur ces profils.

> > Comment expliquer à des non-autistes la manière dont les autistes voient le monde?

> > Les gens autistes ont une autre vision sensorielle. Certains ne supportent pas des couleurs. Pour moi, c'est le rouge. C'est la même chose pour les sons, les odeurs, le langage, les interactions sociales. En entrant dans une pièce, qu'allez-vous remarquer en premier? La décoration? Il est probable qu'une personne autiste verra autre chose. Comme une faute d'orthographe sur la tranche d'un livre. Britney Spears et moi-même sommes nés le même jour. Elle aime les boîtes de nuit et moi je n'y suis jamais allé. Peut-être pourrais-je apprendre ce qui s'y passe en lisant des manuels théoriques sur le sujet. Mais je ne pourrais jamais faire mien ce plaisir qu'elle éprouve en discothèque. C'est au-delà des apprentissages.

> > Quels clichés sur l'autisme faut-il déboulonner?

> > Quand on parle d'autisme, on pense immédiatement au bon docteur qui va soigner le pauvre petit enfant emmené par sa maman en larmes. La société est obnubilée par la «guérison» des enfants, mais la question centrale est: comment faire pour que les personnes autistes aient une qualité de vie correcte? Des centaines de milliers d'adultes sont autistes, mais on ne les voit pas. Cela me rappelle ces pays où l'on ne voit pas de femmes dans la rue. Comment une société peut-elle faire disparaître un pan considérable de sa population? On ne sait même pas combien il y a d'autistes en France! Je crois aussi qu'il existe plus de filles autistes que l'on ne croit mais elles sont moins diagnostiquées et prises au sérieux que les garçons. En dépit des bavardages officiels sur les droits des femmes, rien n'est fait pour elles. Quant aux personnes âgées autistes, c'est le tabou du tabou. Le cliché Rain Man a également la vie dure. Comment ce vieux film, qui correspond à la préhistoire des connaissances sur l'autisme, peut-il rester une référence? Le cliché de l'autiste «petit génie», en apparence flatteur, se révèle dévastateur pour les parents quand leur enfant n'est pas comme cela.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bab0611
commenter cet article

commentaires

Me Contacter

  • : Ma classe d'ados autistes.
  • Ma classe d'ados autistes.
  • : Sur ce blog, je vais essayer de poster les travaux que je fabrique pour mes élèves particuliers (ils sont ados et atteints d'autisme - leur niveau ne correspondant pas à leur âge, les supports sont particuliers)
  • Contact

Articles Par "catégories" :