Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 17:29

 

Cela fait longtemps que je n'ai pas pris le temps de poster ici et j'en suis désolée !

 

Depuis la rentrée, j'ai retrouvé des élèves autistes, et c'est un grand bonheur !!!

 

Mais comme il s'agit de l'ouverture d'une ULIS école TED dans une école où il n'y a jamais eu d'ULIS jusqu'ici, c'est du sport !!

 

J'ai donc très peu de temps libre et c'est la raison pour laquelle je n'étais pas encore venue annoncer cela ici !

 

Mes élèves sont beaucoup plus jeunes : ils ont entre 6 et 8 ans !!

 

Du coup, tout ce que je construis est différent, il y a beaucoup de travail !! Mais cela me fera plein de choses nouvelles à poster !!

 

C'est sûr : je pense que je vais devoir ouvrir un autre blog !

Pas forcément chez overblog parce que je vais essayer de pouvoir mettre mes docs en téléchargement ce coup-ci !!

 

Donc je vais devoir me renseigner avant de me lancer, mais je viendrai mettre le lien ici dès que ce sera fait... Ce n'est pas pour tout de suite, hein ! Parce que là je construis, je cherche et je dois aussi produire mes projets pendant les prochaines vacances...

 

Donc je crois que je n'ouvrirai pas ce nouveau blog avant... 2017 !!

 

En attendant, je continue d'envoyer mes docs très régulièrement à tous ceux qui me le demandent, donc n'hésitez pas !!!

Repost 0
Published by bab0611
commenter cet article
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 18:53

Mélanie est une québecquoise de 30 ans.

 

Pour en savoir plus à son sujet, voir ici : http://quebec.huffingtonpost.ca/melanie-ouimet/

 

Et voilà l'intégralité d'un de ses articles pour que vous ayez envie d'en savoir plus !!

 

 

Je suis une adulte et il m'arrive encore de faire des crises!

Publication: 13/06/2016 08:45 EDT Mis à jour: 13/06/2016 08:45 EDT

 

 > > > On dit souvent des autistes qu'ils ont des troubles de comportements. Des émotions trop fortes et trop vives, des réactions disproportionnées et exagérées, des crises fulgurantes sans raison apparente. On avance parfois même que les autistes ont des troubles de l'humeur ou un déséquilibre chimique. Pourtant, lorsqu'on se plonge à l'intérieur de la personne autiste, ces comportements ont tous une source, une motivation et une explication bien logique.

 

> > > Ces crises ou ces accès de colère sont en fait des effondrements autistiques. Ces effondrements sont présents tant chez les enfants que les adultes autistes. Hé oui, je suis une adulte et il m'arrive encore de faire des crises!

 

> > > Souvent, le tout est déclenché par un élément très banal et mineur comme la faim, la soif, la fatigue, un mal de tête, ne pas trouver mes clés, l'ordinateur qui fonctionne au ralenti, un imprévu, une tâche ardue, l'injustice sous toute forme, le fait de ne pas être comprise et d'avoir à me répéter, faire le ménage et ne pas savoir pas où commencer, faire l'épicerie un samedi quand il y a foule, aller chez le dentiste ou le coiffeur, un chien qui aboie et qui me fait sursauter, une confusion, un contact physique inattendu, etc.

 

> > > Je me retrouve rapidement en surcharge sensorielle et à partir de cet instant, je me sens submergée par un sentiment d'impuissance. Je perds le contrôle de mes paroles et de mes mouvements. La colère semble prendre toute la place de manière démesurée avec l'élément déclencheur. Il n'y a aucun gradateur. L'interrupteur colère est ouvert à puissance maximale.

 

> > > À l'intérieur, une tension extrême me pèse et survient le point de rupture. J'ai la tête qui tourne. Les pensées dans mon cerveau éclatent en petits fragments. J'ai mal au crâne. C'est comme si on venait de donner un coup de massue dans un miroir et qu'il se fractionnait en mille miettes. C'est affolant. L'envie de crier, de hurler, de me cogner la tête sur les murs est plus forte que tout. Il m'est impossible de réfléchir. Je n'ai plus accès à mon disque dur. C'est le flou total. J'ai de la difficulté à respirer. Je ressens une forte pression dans ma poitrine. C'est le chaos interne et je me sens comme une bombe à retardement prête à exploser.

 

> > > C'est ainsi que sans avertissement préalable, le ton grimpe pouvant aller jusqu'aux cris. Des paroles méprisantes, blessantes et sarcastiques, sans but ni logique peuvent être dites. Ce ne sont que des mots dits sans intention de méchanceté. Comme si ces paroles déplacées se voulaient être un moyen d'extérioriser les mauvaises émotions. Des objets peuvent parfois être lancés sur les murs. On assiste à un déferlement des frustrations et des stimuli accumulés et emmagasinés dans une bouilloire maintenue par une soupape à pression depuis un trop long moment. Une multitude d'éléments sensoriels, sociaux et émotionnels vécus préalablement sont à l'origine de cet effondrement terrifiant.

 

> > > Une fois la tempête terminée, le calme et la paix interne s'installent. Parfois, j'oublie sitôt tout ce qui vient de se passer. La sérénité et la bonne humeur sont de retour. Parfois, je me sens comme un monstre et honteuse, je voudrais disparaître dans le plancher. Je suis pleinement consciente que mes paroles et gestes étaient totalement hors contexte, désordonné et exagéré par rapport à l'élément déclencheur en soi.

 

> > > Vivre un effondrement émotionnel est très difficile tant pour la personne autiste que pour l'entourage qui est témoin de cet ouragan. Le mieux que nous pouvons faire est d'accompagner la personne, en demeurant présent. Durant la crise, la personne autiste a besoin d'évacuer seule la tension. Il faut éviter de lui adresser la parole, de lui poser des questions, de la toucher. Ces éléments ajoutent des informations supplémentaires à traiter ce qui envenime l'effondrement. L'effondrement passera par lui-même.

 

> > > En aucun cas il s'agit d'un problème de comportement, d'un caprice ou d'une mauvaise discipline. D'un point de vue neurologique, il existe des différences structurelles et fonctionnelles significatives entre l'amygdale du cerveau autistique et l'amygdale de la norme. L'amygdale étant une partie du cerveau liée à la reconnaissance et à la régulation des émotions. Les émotions des personnes autistes sont souvent vécues à l'état brut et sont souvent sans filtre.

 

> > > Au-delà de l'émotion de colère qui semble envahir la personne autiste, lorsqu'on regarde plus en profondeur, on y voit une émotion de peur et de tristesse d'où émergent des sentiments d'impuissance et de panique. L'expression de l'émotion réelle est simplement très mal véhiculée. Les autistes ne sont pas des personnes violentes ni agressives malgré les apparences. Une peur incommensurable habite et envahit la personne autiste dans tout son corps et elle ne fait que se débattre dans un environnement bien souvent non adapté à sa neurologie.

 

> > > Les crises sont mal perçues et ont une connotation négative dans notre société. En soi, une crise est une rupture d'équilibre. Ainsi, pour les humains, les crises ont une fonction vitale soit d'évacuer la tension accumulée. Les manifestions bruyantes ou silencieuses d'une crise sont l'espoir de faire entendre notre souffrance à autrui. Elles sont un passage obligé pour retrouver l'équilibre émotionnel intérieur.

 

> > > Pour un adulte autiste, il s'agit souvent d'un sujet tabou et honteux que l'on préfère garder enfermé sous clé dans le placard. Cependant, aucune émotion n'est honteuse. Au contraire, chaque émotion qui émerge en nous devrait être vécue et exprimée de manière responsable. Plutôt que de réprimer nos émotions, nous devrions les apprivoiser et apprendre à les gérer et à les exprimer dans la non-violence.

 

> > > Il est possible d'apprendre à canaliser et à mieux gérer l'expression de nos émotions envahissantes en évitant préalablement les situations qui nous mettent en surcharges sensorielles et qui risquent inévitablement de nous mener vers l'effondrement autistique. Dresser la liste des éléments déclencheurs peut être bénéfique. L'écriture est souvent une bonne méthode chez les personnes autistes pour mettre des mots sur leurs émotions. La méditation s'avère souvent efficace pour mieux canaliser l'anxiété. Bien se connaître et respecter ses limites est aussi essentiel. Prendre du recul et demander un coin tranquille pour se ressourcer lors d'événements sociaux. Il est également essentiel de trouver des outils pour mieux exprimer nos émotions afin de ne pas se blesser ou de blesser l'entourage verbalement ou physiquement.

 

> > > Plus nous accompagnons un individu tôt dans l'enfance durant ces moments de crises (plutôt que de l'ignorer, le réprimer ou le punir), plus ce dernier les apprivoisera et sera en mesure de contrôler ses impulsivités et de mieux en gérer l'expression. Nous lui apprenons à ne plus être submergée et effrayée par ses émotions. Nous lui apprenons à traverser la tempête en toute confiance.

Repost 0
Published by bab0611
commenter cet article
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 09:24

Quand j'avais ma classe d'ados autistes, je n'ai jamais arrêté de chercher des supports pour leur expliquer les changements de l'adolescence et la sexualité...

 

Je voyais bien que tout cela s'éveillait en eux, et pour certains, cela gênait énormément les apprentissages, surtout au printemps !

 

Les autres usagers de notre établissement (c'est à dire tous les élèves de l'IME à part ceux accueillis dans la section TED) allaient au planning familial une fois par an pour être formés à ces sujets : la puberté, la pillule, le préservatif, les MST...

Mais les intervenants du planning refusaient d'accompagner les élèves autistes, car ils n'avaient pas de formation spécifique pour ce public. Ils craignaient de développer des comportements inadaptés chez ces jeunes-là...

Cela m'a fait réfléchir : évidemment que j'aurais voulu aider mes élèves et leur parler de tout cela... mais moi non plus, je ne suis pas formée à cela !! et même en les connaissant bien, on peut quand même faire pire que mieux !!

 

 

J'ai cherché des livres : je suis tombée sur celui de Patrick Elouard : L'apprentissage de la sexualité pour les personnes avec autisme et déficience intellectuelle.

 

L'amour - la sexualité.

J'ai même réussi à joindre l'auteur pour échanger avec lui...

En fait son livre me gêne parce qu'il ne trouve qu'une seule réponse à toutes les questions que se posent les jeunes à l'adolescence, et cette réponse, c'est la masturbation...

D'ailleurs, le sous titre de son livre c'est : "La masturbation est une compétence."

 

Moi ce que je voulais faire avec mes élèves ados, c'était autant sur l'éclosion des sentiments amoureux que sur l'acte sexuel !

Cela me gênait, par exemple, quand un de mes élèves forçaient les filles à danser avec lui lors d'une boum (on faisait des boums pour fêter les anniversaires chaque mois)...

Même quand une fille disait non, il restait en face d'elle et dansait avec elle contre son gré...

Même si elle ralait et le poussait, il revenait toujours !

 

Ce comportement n'est pas adapté ! Cette fille lui plaisait, d'accord ! Elle l'attirait même ! C'était du domaine sexuel, mais je ne pouvais pas répondre à ça en l'emmenant se masturber dans les toilettes !!! Je ne trouve pas que ce soit une réponse !!

 

La plupart de mes élèves n'avaient d'ailleurs pas besoin de cours pour savoir se masturber. Ce qu'il fallait leur apprendre, c'est que ça ne se fait pas devant tout le monde, ni n'importe quand... tout cela, on le faisait sans problème avec les éducateurs...

 

Mais apprendre à se masturber à des élèves qui ne savaient pas le faire... personne de l'équipe n'a jamais voulu s'y coller !!

Ce n'est tout de même pas un besoin fondamental !! On ne va pas le leur apprendre sans savoir s'ils en éprouvent le besoin !! Je trouve cela un peu intrusif quand même...

 

 

Donc dans ma classe, j'avais fait tout un travail sur le sentiment amoureux, on avait lu des albums sur le sujet... (enfin, seulement avec les élèves qui montraient un intérêt pour le sujet ! Certains étaient à des lieux de s'intéresser à tout ça !!)

Mini loup, Max et Lili... le support devait être adapté à chacun, mais on avait au moins travaillé sur le sentiment amoureux...

Et sur le fait qu'il n'était pas forcément réciproque, sur le droit de dire NON et sur le respect à accorder au NON des autres !!

 

Si ce travail vous parait intéressant et que vous voulez que je le mette en ligne en faisant une page, dites le : je peux certainement le retrouver quelque part dans mon ordi !

 

 

En attendant, je n'avais jamais réussi à aborder l'éducation sexuelle proprement dite.

Je ne trouvais pas de support qui me paraissait adapté, je ne savais pas comment m'y prendre...

J'avais sollicité l'aide de la psychologue de l'établissement, ainsi que celle de l'infirmière... qui m'ont toujours promis qu'elles allaient intervenir dans ma classe...

Mais cela ne s'est jamais fait...

 

Et je trouve ça pitoyable !!!

 

Si je reviens sur ces tristes souvenirs, c'est parce que je viens de tomber sur un super magazine !! Il s'appelle "J'existe & Je veux".

Voici la couverture du numéro 1 :

 

L'amour - la sexualité.

Ce magazine m'aurait VRAIMENT aidée et je le trouve super bien fait !!

Il aborde des thèmes comme la rencontre, la contraception, l'amour, savoir dire non... etc...

C'est exactement ce qu'il m'aurait fallu en fait !

 

C'est la raison pour laquelle j'écris cet article, et je vous scanne les coordonnées si vous voulez vous abonner ou commander un ancien numéro (ils sont tous supers !!)

 

L'amour - la sexualité.
Repost 0
Published by bab0611
commenter cet article
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 22:37

Superbe, comme d'habitude !!!!

 

 

 

Le voilà :

 

INTERVIEW - Diplômé de Sciences Po et philosophe, cet «Asperger» de renom dénonce une véritable mise à l'écart en France.

> > Philosophe, globe-trotteur et autiste Asperger, Josef Schovanec reprend dans Voyages en Autistan (Éditions Plon, parution le 31 mars) ses savoureuses chroniques sur Europe 1.

> > LE FIGARO. - Comment expliquer le retard français de l'intégration des enfants autistes à l'école?

> > Josef SCHOVANEC. - Officiellement, 20 % des enfants autistes vont à l'école, mais certains n'y passent pas plus d'une heure par semaine. C'est une plaisanterie! À la fin de l'école primaire, on peut les compter sur les doigts de la main par académie. Un enfant qui n'est pas scolarisé ne trouvera pas de travail ni même de fonction dans la société. Trop souvent, les enfants autistes se retrouvent dans des hôpitaux psychiatriques qui ressemblent plus à des prisons qu'à autre chose. J'en ai visité plusieurs et j'ai eu des visions d'horreur. Cela se passe en France, aujourd'hui, et cela coûte des fortunes. Environ 100.000 euros annuels par personne pour les tenir enfermés, alors qu'ils pourraient avoir une place dans la société et que cela coûterait moins cher. Mais le ministère de l'Éducation nationale est aux abonnés absents. Dans les universités françaises, c'est à pleurer. Pourtant, aux États-Unis, au Canada, les universités se battent pour avoir des étudiants autistes. Non pas par humanisme béat mais par calcul. Elles misent sur des chercheurs qui auront une production passionnante dans quelques années.

> > Diplômé de Sciences Po, docteur en philosophie: vous êtes un contre-exemple…

> > Je suis entré à Sciences Po, car ma sœur m'y a inscrit. J'étais mineur et j'ai été dispensé de concours après avoir eu mon bac avec mention très bien. Ce fut une expérience anthropologique. J'ai observé les façons de se comporter, les petites… et les grandes vacheries. L'avantage de Sciences Po, c'est qu'une fois que vous êtes admis, c'est très dur d'être renvoyé. Après, j'ai suivi des cours de langues dans plus de douze pays. J'ai eu beaucoup de chance. À cette roulette russe, je suis le survivant.

> > Vos diplômes vous ont-ils servi?

> > Sur le plan professionnel, cela ne m'a strictement servi à rien. Je crois que j'ai battu le record de la non-insertion des diplômés de Sciences Po! J'ai raté tous mes entretiens d'embauche. Sans exception. Si vous êtes autiste en France, vous avez beau avoir tous les diplômes du monde, vous serez toujours éliminé lors d'une procédure de recrutement habituel. Quel gâchis! Pourquoi les entreprises refusent d'embaucher des gens extrêmement gentils qui arrivent à apprendre l'islandais en une semaine? En Israël, les boîtes de high-tech se ruent sur ces profils.

> > Comment expliquer à des non-autistes la manière dont les autistes voient le monde?

> > Les gens autistes ont une autre vision sensorielle. Certains ne supportent pas des couleurs. Pour moi, c'est le rouge. C'est la même chose pour les sons, les odeurs, le langage, les interactions sociales. En entrant dans une pièce, qu'allez-vous remarquer en premier? La décoration? Il est probable qu'une personne autiste verra autre chose. Comme une faute d'orthographe sur la tranche d'un livre. Britney Spears et moi-même sommes nés le même jour. Elle aime les boîtes de nuit et moi je n'y suis jamais allé. Peut-être pourrais-je apprendre ce qui s'y passe en lisant des manuels théoriques sur le sujet. Mais je ne pourrais jamais faire mien ce plaisir qu'elle éprouve en discothèque. C'est au-delà des apprentissages.

> > Quels clichés sur l'autisme faut-il déboulonner?

> > Quand on parle d'autisme, on pense immédiatement au bon docteur qui va soigner le pauvre petit enfant emmené par sa maman en larmes. La société est obnubilée par la «guérison» des enfants, mais la question centrale est: comment faire pour que les personnes autistes aient une qualité de vie correcte? Des centaines de milliers d'adultes sont autistes, mais on ne les voit pas. Cela me rappelle ces pays où l'on ne voit pas de femmes dans la rue. Comment une société peut-elle faire disparaître un pan considérable de sa population? On ne sait même pas combien il y a d'autistes en France! Je crois aussi qu'il existe plus de filles autistes que l'on ne croit mais elles sont moins diagnostiquées et prises au sérieux que les garçons. En dépit des bavardages officiels sur les droits des femmes, rien n'est fait pour elles. Quant aux personnes âgées autistes, c'est le tabou du tabou. Le cliché Rain Man a également la vie dure. Comment ce vieux film, qui correspond à la préhistoire des connaissances sur l'autisme, peut-il rester une référence? Le cliché de l'autiste «petit génie», en apparence flatteur, se révèle dévastateur pour les parents quand leur enfant n'est pas comme cela.

 

 

Repost 0
Published by bab0611
commenter cet article
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 07:32

Je reçois beaucoup de messages de personnes qui s'excusent de me demander des documents...

 

Ne vous excusez pas !! 

 

Je ne sais pas mettre mes fiches en téléchargement (je pense que je ne peux pas le faire avec la version d'overblog que j'utilise)...

Du coup je comprends bien que vous ayez besoin des fichiers et je vous les envoie sur simple demande sans problème !!

 

J'essaie toujours de répondre au plus vite, même si ce n'est pas toujours facile, je fais au mieux !

 

Je demande juste que vous me disiez si vous avez bien reçu, c'est la moindre des choses je trouve !!

Repost 0
Published by bab0611
commenter cet article
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 17:17

A partir de ce début d'année, chaque enfant qui quittera la maternelle devra être accompagné d'un document de synthèse qui reprendra les grands points de son niveau scolaire.

Tout ceci est expliqué dans cette circulaire : http://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000031742283

 

Mais à moins que je m'y prenne mal, ce document n'est pas imprimable, ni modifiable !!

Alors je le mets ici, puisque j'ai passé du temps à le rédiger, autant que ça serve !!

 

Un nouveau document à remplir...
Un nouveau document à remplir...

Comme je ne peux pas le mettre en téléchargement, je l'envoie à tous ceux qui le veulent en .doc, bien sûr !!!

Y suffit de le demander dans la rubrique "contact", juste à droite !!

 

Repost 0
Published by bab0611
commenter cet article
4 juillet 2015 6 04 /07 /juillet /2015 20:12

Je quitte mon poste adoré en cette fin d'année...

 

Je serai toujours disponible pour vous envoyer tout ce que vous me demandez...

J'ai encore un milliard de choses à poster, mais en ce moment le coeur n'y est pas trop...

 

Peut-être par la suite...

 

Mais l'autisme reste "mon centre d'intérêt restreint" à moi, alors n'hésitez pas à me joindre si besoin...

 

 

 

Repost 0
Published by bab0611
commenter cet article
28 mai 2015 4 28 /05 /mai /2015 11:58

L'appréhension des familles quand l'orientation "en établissement" est décidée est surtout dûe à une méconnaissance des ces dits "établissements".

 

J'ai déjà expliqué dans l'article précédent qui prend en charge les élèves dans un IME.

 

Je vais maintenant m'arrêter sur "qu'est-ce qu'on fait ?" dans un IME.

 

Quand on va visiter un IME, on voit de beaux couloirs souvent décorés par les élèves, comme dans une école, on voit des ateliers vivants et remplis de couleurs, des classes studieuses, des bureaux et une cantine.

 

Mais comment décide-t-on qui va où et quand ?? Parce que c'est ça l'important en fait !

 

Si vous pensez que votre enfant a des capacités, vous ne voulez pas qu'il passe son temps à faire de la peinture !!

 

 

Si c'est l'IME de mes rêves, les élèves sont évalués dès leur entrée (on connait déjà leurs antécédents grâce aux dossiers MDPH, mais on fait une évaluation fine et précise de son niveau au moment de son arrivée).

On décide alors en équipe de ce qui est mieux pour lui.

- S'il a besoin d'une aide paramédicale (orthophonie, psychomotricité, psychologie, kiné...)

- S'il est capable de progresser et de se concentrer une journée complète, il pourra être en classe le plus possible.

- S'il est fatigable, que son niveau scolaire reste très faible malgré ses efforts et qu'il a du mal à suivre en classe, il aura plus de temps éducatifs, avec les éducateurs, pour progresser dans d'autres domaines que les maths et l'écriture.

 

Dans mon IME, il y a aussi une "section adaptée", c'est là que je travaille : elle est réservée exclusivement aux élèves ayant un diagnostic TED.

L'encadrement y est supérieur (en nombre) par rapport au reste de l'établissement et les élèves TED pouvant suivre en dehors de la section adaptée ne l'intègrent que le temps de les adapter aux autres classes de l'établissement.

 

Dans la section TED, chaque élève a un emploi du temps propre : tout est individualisé et chacun peut vraiment progresser à sa vitesse. Quand c'est bien géré, c'est le pied total !!

 

 

Je me souviens d'un élève que j'avais dans une classe de MS/GS ordinaire (élèves de 4 et 5 ans).

Il n'arrivait pas à suivre et voyait bien que des "petits" réussissaient à compter alors que lui n'y arrivait toujours pas...

Il ne reconnaissait pas encore son prénom à tous les coups, alors que des enfants qui venaient d'arriver dans la classe le trouvaient pour lui... Il se sentait en décalage, mais surtout, il voyait bien qu'il ne progressait pas aussi vite que les autres...

Ses parents refusaient l'orientation IME parce qu'un de ses oncles y était allé et n'y avait jamais rien appris...

Je sais qu'il existe des IME plus ou moins bien gérés...

Mais allez visiter ! Voyez par vous même !!

Car il en existe aussi où on se soucie de chaque enfant et où ceux qui ont des diffcultés à suivre dans le milieu ordinaire s'épanouïssent et trouvent enfin leur place avec des copains qui progressent à la même vitesse qu'eux.

 

C'est dur de se donner du mal quand on est toujours dernier !

ça l'est moins quand on peut apprendre à son rythme !

 

Repost 0
Published by bab0611
commenter cet article
3 avril 2015 5 03 /04 /avril /2015 11:17

Après mon article "coup de gueule" qui défendait la qualité de l'accompagnement des élèves en IME, j'ai eu beaucoup de courriers, beaucoup de questions...

 

 

 

Je me suis rendu compte que le fonctionnement des IME était en réalité très méconnu...

 

D'où cette idée d'une série d'articles pour expliquer comment ça se passe et répondre aux questions de tous ceux qui s'en posent, professionnels comme parents. AU QUOTIDIEN.

 

Pour commencer : je vais répondre à la question QUI ? C'est à dire qui s'occupe des élèves dans un IME ? Quels professionnels ? A quel rythme ? Que font-ils ?

 

Attention ! Tout ce que j'écris ici n'est que le résultat de mon expérience !!

Je ne m'appuie pas sur les textes où les lois d'encadrement, je vous parle de ce que je vois sur le terrain !! C'est certainement très différent !! Car quand je vois les écrits parfois, les "projets" comme ils disent, je peux vous dire que ça ne retranscrit pas toujours ce qui se passe VRAIMENT !!

 

 

 

 

Alors si ce que j'écris peut vous paraître erroné, n'hésitez pas à réagir, à commenter. Je m'en expliquerai, ou alors je changerai si j'ai fait une erreur, ce qui peut arriver !

 

Cela fait 10 ans que je travaille dans le même IME, ma connaissance dépend donc beaucoup d'une seule structure, mais j'ai aussi visité plusieurs établissements et surtout j'échange régulièrement avec des collègues d'autres IME... Je vais donc essayer d'avoir une vue d'ensemble, je ne vais pas décrire ce qui se passe dans mon établissement, mais m'exprimer "en général" sur ce qui devrait être fait dans les IME.

 

 

 

Il existe différents types d'IME :

  • certains n'accompagnent les élèves que jusque 14 ans, ce sont les IMP, ou SEES.
  • certains continuent l'accompagnement jusque 20 ans : ce sont des IME où l'on trouve 2 sections - jusque 14 ans, les élèves vont à l'IMP, et à 20 ans, ils changent de section pour rejoindre l'IMPRO, ou SIPFP qui comprend des ateliers pré-professionnels.

 

 

Quels sont les différents professionnels qui prennent en charge les élèves ??

Il y a trois types de professionnels différents en IME :

  1. Le personnel éducatif.
  2. Les enseignants.
  3. Le personnel para-médical.

 

 

Le personnel éducatif est divers :

Les moniteurs éducateurs et les éducateurs spécialisés sont les plus connus, ils apprennent aux élèves à être autonomes, à bien se comporter, à être motivés et à se sentir bien dans leur peau. Ils choississent des activités épanouissantes pour leurs groupes et font un boulot passionnant quand ils sont passionnés !

A partir de 14 ans, à l'IMPRO (ou SIPFP), on peut rajouter les éducateurs techniques spécialisés qui apprennent aux jeunes une activité pré-professionnelle comme la maçonnerie, l'horticulture, la cuisine, l'entretien des locaux...

 

 

Les enseignants sont les mêmes qu'à l'école ! Ils appartiennent à l'Education Nationale, qui les "prête" à l'asso qui gère l'établissement. La plupart sont spécialisés, c'est à dire qu'ils ont été formés à gérer des groupes de niveau hétérogène. En effet, dans une classe d'IME, tous les élèves n'apprennent pas la même chose : les enseignants différencient les apprentissages en fonction des possibilités de chaque enfant.

 

 

Les para-médicaux sont les mêmes qu'on peut trouver dans un SESSAD, c'est à dire psychologue, orthophoniste, psychomotricien, parfois ergothérapeute ou kiné, infirmier, parfois docteur... j'espère que je n'en oublie pas.

 

 

 

Dans mon prochain article "Au quotidien", j'essaierai d'expliquer comment sont répartis les jeunes et quels sont leurs emplois du temps hebdomadaires.

 

Repost 0
Published by bab0611 - dans Au quotidien
commenter cet article
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 11:13

Overblog, sans me demander mon avis, a décidé de "mettre à jour" mon blog...

Du coup, mes pages sont mises n'importe comment, alors qu'elles étaient triées par matière...

Je vais essayer de ranger tout ça, mais je ne sais pas trop comment faire et j'avoue que si j'étais un peu moins gourde en informatique, j'aurais changé de crèmerie !!

Par contre, cela me permettra peut-être de poster de nouvelles pages, alors que j'avais atteint le maximum sur l'ancienne version ! A voir !

Repost 0
Published by bab0611
commenter cet article

Me Contacter

  • : Ma classe d'ados autistes.
  • Ma classe d'ados autistes.
  • : Sur ce blog, je vais essayer de poster les travaux que je fabrique pour mes élèves particuliers (ils sont ados et atteints d'autisme - leur niveau ne correspondant pas à leur âge, les supports sont particuliers)
  • Contact

Articles Par "catégories" :